AVIS DES LECTEURS

Avis des lecteurs, roman LA DONNEUSE SANS VISAGE, éditions L’Harmattan 2019:

« Ce qui a surtout retenu mon attention, et que vous montrez avec beaucoup de justesse et de subtilité, c’est la complexité du désir, voire son ambiguïté et ce labyrinthe où se perd l’héroïne en proie aux interrogations, doutes, hésitations, volte face devant une décision qui paraissait claire. C’est aussi le pouvoir vertigineux donné par les avancées de la science. Votre roman traite très concrètement un sujet grave et invite à la réflexion et au débat, c’est précieux ! »

Bénédicte

« J’ai reconnu et admiré les styles qui épousent les souffles, les climats et les scènes. La force, la violence, la détermination, la brutalité même qui émanent de ce conte moderne appellent à la réflexion, voire l’introspection… Le parallèle de la vie des deux personnages du couple est troublant… et l’interrogation sur la procréation sur fond d’actualités en est d’autant plus profonde. »

Evelyne

« J’ai eu plaisir à lire ce roman qui ne laisse pas indifférent. Bravo ! »

Marie

« Sous les états d’âmes de Virginie, une analyse au scalpel du couple, son impossibilité ontologique ! Roman complexe de l’incompatibilité, de longs monologues intérieurs à double sens, sous-tendus par une langue riche en oppositions qui permet l’ironie. Roman du paradoxe du début jusqu’à la fin, puisque c’est finalement cette grossesse artificielle qui est plus vraie que n’importe quelle maternité plan-plan, qui permettra de continuer à vivre dans le non-dit et parfois le non-pensé ! »

Gérard

« L’histoire de Virginie et Tristan commence en Ukraine pour un projet commun : avoir un enfant, coûte que coûte. Le jeune couple, construit sur le tard, se rend compte au fur et à mesure que ce choix de bébé n’est pas sans conséquences… Au fil des chapitres, on découvre les histoires respectives des personnages, avec leurs complexités et leurs ambiguïtés. Un premier beau roman maîtrisé et d’une grande fluidité…à découvrir sans tarder ! »

Peggy

« Belle réussite. Roman troublant je dois dire, peut-être les liens de Virginie avec sa mère, sa sœur… et aussi les questions autour du couple »

Caroline

« J’ai dévoré la donneuse sans visage en deux jours. J’ai beaucoup aimé ! C’est un roman qui fait réfléchir, on se met dans la peau de Virginie, on comprend ses interrogations…. Tristan est aussi un personnage complexe. J’ai bien aimé mieux comprendre, par petites touches, la psychologie des personnages et remonter à leur enfance. »

Ghislaine

Donnez votre avis, vos impressions, en m’envoyant un mail, à ce sujet, à info@segolenechailley.fr