Déroulement d’un atelier d’écriture

Déroulement de l’atelier d’écriture « découverte » programmé tous les 15 jours in situ, à Lyon :

LES TEMPS FORTS D’UN ATELIER D’ÉCRITURE :

UN TEMPS DE PRÉSENTATION :

  • Les domaines : la mémoire, l’observation du réel, ou l’imaginaire ;
  • La forme envisagée : forme longue, c.a.d d’un seul tenant, ou plusieurs formes brèves, selon le sujet ;
  • Le genre travaillé : si cela est nécessaire (épique, épistolaire, théâtral…) ;
  • Énonciation de la proposition d’écriture : chaque atelier d’écriture est structuré autour d’une proposition d’écriture, autrement dit d’un sujet, avec des consignes ou des axes de travail. Cette contrainte permet de « se lancer » dans l’écriture. En effet, bien souvent, de la contrainte naît la liberté.

Écrire en atelier, c’est : être stimulé par une proposition d’écriture, écrire dans le même espace temps que les autres participants, lire à voix haute, et à tour de rôle, son écrit, donner et recevoir des retours sur les textes entendus, envisager de nouvelles pistes d’écriture.

Chaque proposition d’écriture est accompagnée d’une lecture. Les extraits lus empruntent divers genres présents dans la littérature : roman, théâtre, essai, poésie… C’est l’occasion de découvrir des auteurs contemporains ou classiques. Plus rarement, la proposition s’appuie sur un autre support : photos, Bd, journaux.

UN TEMPS D’ÉCRITURE : suit un temps d’écriture personnel, d’une durée d’environ 50′. Chacun rédige un premier jet, ou prend des notes... De même qu’il n’y a pas de longueur exigée, il n’y a pas de hors sujet ; chacun est libre d’entendre la consigne de départ à sa manière. La richesse d’un atelier d’écriture résulte du foisonnement des différentes résonances individuelles.

UN TEMPS D’ÉCHANGE : chaque participant de l’atelier lit à voix haute, et à tour de rôle, son écrit. Puis, ceux qui le souhaitent proposent leur point de vue, en élaborant des retours constructifs. Jamais centrées sur la personne elle-même, ces remarques portent sur la formulation, ce qui est compris, entendu… Aiguiser son point de vue, c’est également prendre conscience de ce qui fonctionne dans sa propre production littéraire. Ainsi, le passage à l’oral permet un détachement et un recul nécessaires à cette démarche. Des conseils, des pistes, en vue d’une éventuelle réécriture, sont ensuite indiqués par la formatrice. Chaque récit peut être retravaillé, selon l’envie et la disponibilité de chaque participant.

QUEL SUPPORT ? Rédigez vos écrits sur le support qui vous convient, vous correspond (feuilles blanches, carnet, cahier…). Ou encore un ordinateur portable, si vous préférez écrire sur ce support.